Le bois de chauffage : une énergie renouvelable et écologique ?

bois renouvelable
Energies renouvelables Planète OUI
Première filière d’énergie renouvelable en France en terme d’énergie produite, le chauffage au bois domestique constitue un enjeu important dans la transition énergétique et écologique.

Passage en revue du caractère renouvelable et écologique du bois de chauffage.

Pourquoi parle-t-on d’énergie renouvelable ?

En matière environnementale, une source d’énergie est dite renouvelable si elle est produite à partir de ressources naturelles se renouvelant suffisamment rapidement par rapport à l’échelle de vie humaine. 

Les énergies fossiles, telles que le pétrole, le gaz naturel ou encore le charbon ont mis des millions d’années à se former et leurs ressources s’épuisent. Les énergies renouvelables sont donc une alternative durable et écologique pour produire de l’électricité, de la chaleur et pour permettre nos déplacements. 

La gestion durable des forêts permet de faire du bois une ressource inépuisable. En effet, la forêt française ne met que quelques dizaines d’années à se renouveler.

Le bois de chauffage est donc par essence, une énergie renouvelable.

 chiffres bois

Dans le secteur de l’énergie, on parle de biomasse

La biomasse représente la part la plus importante de l’objectif de chaleur renouvelable de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) avec un objectif de 75% en 2023. Ainsi, face à cet enjeu important, il est indispensable de veiller à limiter l’impact du chauffage domestique au bois sur la qualité de l’air.

Parlons écologie maintenant

Préserver la forêt tout en produisant du bois

La forêt joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la planète et dans la lutte contre le changement climatique. A l’échelle mondiale, elle stocke à elle seule 30% des émissions de gaz à effet de serre, et agit ainsi comme un véritable puits de carbone.

En France, le volume de bois en forêt augmente chaque année. Les coupes sont inférieures à l’accroissement naturel de la forêt. Cette gestion durable permet donc de la préserver.

Pour certifier et garantir au consommateur une gestion forestière durable et raisonnée, deux labels internationaux ont vu le jour : le label PEFC, un label français créé en 1999, et FSC en 1993. En France, c’est plus de 5,6 millions d’hectares de surfaces forestières qui sont certifiés PEFC et un peu plus de 56 000 hectares FSC.

le saviez vous bois

La production et la récolte de bois sont en priorité destinées à la construction et au travail du bois, appelé aussi bois d’oeuvre. Il est ainsi utilisé pour la menuiserie, l’ébénisterie ou l’emballage par exemple. Le bois de chauffage est un usage complémentaire qui permet de valoriser l’exploitation forestière dans sa globalité.

Comment limiter l’impact environnemental lié au chauffage au bois ?

Pour se chauffer au bois il faut nécessairement brûler du bois… Et toute combustion de matière pour produire de l’énergie génère des polluants atmosphériques.

Toutefois, le niveau de ces émissions est très variable. Il dépend du type et de l’ancienneté de l’installation, de la qualité et des pratiques d’utilisation du bois.

Pour se chauffer au bois de manière efficace tout en améliorant la qualité de l’air, 2 éléments sont essentiels :

1. Un appareil performant

Concernant le chauffage au bois domestique, 82 % des émissions de particules dues au chauffage au bois sont issues des cheminées classiques foyer ouvert) et d’anciens modèles d’appareils de chauffage au bois (inserts, poêles ou chaudières datant d’avant 2002). 

Choisir et utiliser un appareil avec conduit de fumée moderne et performant, c’est donc réduire considérablement les rejets atmosphériques. Le label « Flamme Verte » permet au consommateur de faire le bon choix.

Celui-ci doit également être dimensionné correctement, en fonction de la taille et des besoins du logement, et installé par un professionnel qualifié RGE.

Un entretien régulier de l’appareil joue aussi un rôle important dans sa performance et sa longévité.

2. Un bois de qualité

L’étude QUALICOMB de l’ADEME montre que l’utilisation d’un bois sec et de qualité comme combustible permettrait de diviser par 10 les émissions de particules fines des poêles et des inserts dans les années à venir.

Chêne, charme, hêtre, châtaignier, pin, arbres fruitiers…  De nombreuses essences de bois sont utilisées comme bois de chauffage. Pour chaque espèce, la composition chimique est différente. Ainsi, la combustion diffère d’autant et les émissions de polluants également.

Les essences à privilégier sont celles de feuillus durs (chêne, charme ou hêtre).

Le bois doit également être sec, fendue et calibré, et sans écorce. Pour les bûches, le taux d’humidité recommandé doit être de 23 % maximum. Pour les granulés, le taux d’humidité doit être inférieur à 10%, et sans colle.

De nombreuses certifications existent en France pour attester de la qualité d’un bois de chauffage.

Un appareil performant ET un bois de qualité, c’est une consommation de bois divisé par 2 !

 

Pourquoi est-ce qu’on vous parle de bois de chauffage ?

Brazeco

 

En partenariat avec Brazeco, Planète OUI vous propose désormais une offre de bois de chauffage 100% français. Une énergie renouvelable de plus à découvrir ici !

arrow_back

Article précédent

arrow_forward

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *