5 raisons de choisir le gaz vert

choisir gaz vert
Energies renouvelables Innovations et conseils

En partenariat avec Hello Watt

Le gaz vert est produit à partir de déchets et de biomasse valorisés. Il est ainsi composés de méthane, d’eau, d’ammoniac et d’hydrogène. Le biogaz et le biométhane sont donc des énergies renouvelables utilisées pour le chauffage et la cuisson au sein des foyers, ou encore comme biocarburant. Quels sont ses avantages ? Voici 5 raisons de choisir le gaz vert comme énergie.

1/ Préférer une énergie renouvelable à une énergie fossile

Contrairement au gaz naturel, le gaz vert n’est pas une énergie fossile extraite dans les réserves et sous-sols de la planète. Le gaz vert est en revanche une énergie renouvelable. Compte tenu des déchets constamment produits par les territoires, les activités humaines, l’agriculture et l’élevage, son stock est inépuisable.

Le gaz vert s’obtient par dégradation de la matière organique dégageant du méthane. Dans un cas, il est valorisé en biogaz par cogénération, sous forme d’électricité ou de chaleur. Et dans un autre cas par réinjection dans le réseau de gaz, il devient alors ce que l’on appelle le biométhane. Encore sous-exploité, le gaz renouvelable pourrait représenter 7 % de la consommation de gaz d’ici 2030, selon la programmation pluriannuelle de l’énergie.

2/ Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le gaz vert a bonne réputation. Il génère surtout moins d’impacts sur l’environnement que le gaz naturel (traitement chimique, gazoducs, destruction des paysages) ou encore le gaz propane. Le biogaz produit moins d’émissions de gaz à effet de serre, de l’ordre de 10 à 30 % de moins que le gaz naturel. Il répond en outre aux objectifs de décarbonation de l’énergie, formulés par la loi de transition énergétique.

En recyclant les déchets, la méthanisation contribue aussi à réduire les pollutions émises par enfouissement ou combustion des déchets. Sous forme de carburant (bioGNV), le biométhane s’avère enfin moins polluant que le diesel. En effet, il rejette 80 % de CO2 en moins, a une faible teneur en oxydes d’azote, et une absence totale de particules fines.

3/ Valoriser les déchets et les effluents organiques

Déchets agricoles, effluents d’élevage, eaux usées, déchets ménagers, industriels et des territoires… Autant de déchets différents recyclés et transformés pour produire du gaz vert. Rien ne se perd, tout se transforme ; y compris les digestats utilisés comme engrais agricoles. Voilà le principe-même d’une économie circulaire.

Particulièrement coûteuses à l’investissement et en traitement, la gazéification, l’épuration et la méthanisation justifient un prix relativement élevé du gaz vert, comparativement au gaz naturel. Hello Watt vous accompagne et compare les meilleures offres d’énergie verte.

En développant les infrastructures et en facilitant les process, son coût devrait baisser dans les années à venir. Aussi, cette mécanique vertueuse pourrait intégrer de nouveaux déchets : bois traités, pneus, algues, matières plastiques.

4/ Favoriser le développement d’une énergie locale

Loin d’être indépendante sur le plan énergétique, la France continue d’importer du gaz naturel à ses partenaires norvégiens, russes, algériens et hollandais. Le production de gaz vert présent dans l’hexagone, permettrait au pays de réduire ses importations et de couvrir l’ensemble de ses besoins en gaz d’ici 2050.

De nombreuses initiatives locales se développent par le biais d’industriels, d’agriculteurs, de collectivités dynamiques et engagées. En installant des micro-méthaniseurs, ces acteurs souhaitent distribuer localement le gaz vert à proximité des zones de consommation. Cette énergie durable et stockable, distribuée à petite échelle, éviterait les pollutions liées au transport.

5/ Soutenir la création d’emplois non-délocalisables

La filière biométhane crée en moyenne 3 à 4 emplois locaux par installation, selon GRDF. Collecte des matières premières, l’exploitation et la maintenance des infrastructures… Les emplois recouvrent des postes techniques et qualifiés. C’est sans compter les entreprises et la recherche mobilisées pour le développement, la construction et l’installation de ces équipements.

En pleine croissance, la filière compte en 2019 :

  • 120 installations de réinjection de biométhane dans les réseaux de distribution de gaz naturel. C’est une croissance de 60 % par rapport à 2018 ;
  • 740 installations en cogénération pour la production de chaleur et d’électricité.

Au-delà de la création de postes non-délocalisables, le gaz vert constitue un levier pour la diversification des revenus des agriculteurs, comme producteurs d’énergie verte.

 

Valoriser les déchets des territoires, contribuer à la neutralité carbone, tendre vers l’indépendance énergétique… Alors, convaincu de l’intérêt de choisir le gaz vert comme énergie ? Découvrez l’offre Planète OUI qui vous correspond.

Vous allez emménager ? Retrouvez ici comment ouvrir un compteur de gaz.

2 commentaires “5 raisons de choisir le gaz vert

    1. Bonjour,

      Il existe une filière de propane vert ou biopropane (obtenu par retraitement d’huiles végétales ou animales), pour autant il ne s’agit pas d’une véritable « transition », car à l’heure actuelle il semble impossible de dire si la filière pourrait remplacer totalement – ou même significativement – l’utilisation de propane fossile.

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *